Le Fonds bilatéral « Future French Champions » investit en Afrique

Le Fonds bilatéral « Future French Champions » investit en Afrique

Interview de Marc Auberger, Président de FFC (Future French Champions)

 

1) Pouvez vous nous rappeler en quelques mots la nature, les réalisations et les objectifs de « Future French Champions » ?

Future French Champions est une société détenue à parité par Qatar Investment Authority et CDC International Capital. Dotée de 300 millions d’euros, FFC a pour objectif de prendre des participations minoritaires dans des entreprises françaises à fort potentiel notamment de développement international.

2) Vous venez d’opérer une prise de participation conjointe à hauteur de 20% dans le capital de la société foncière SGI Africa, une filiale du groupe français CFAO, aux côtés de Wendel. Quelles sont les activités de SGI Africa et quels critères ont motivé votre choix d’investissement ?

SGI Africa est une société foncière panafricaine en forte croissance créée par CFAO pour accompagner son plan de développement dans la grande distribution. SGI Africa développe et opère des centres commerciaux, notamment sous sa marque PlaYce. La société, qui a inauguré fin 2015 le premier centre PlaYce en Côte d’Ivoire (PlaYce Marcory d’Abidjan), ambitionne de se développer dans 7 autres pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale : au Cameroun, en République du Congo, au Nigéria, au Ghana, au Gabon, au Sénégal et en République Démocratique du Congo.

Au cours des 5 à 7 prochaines années, SGI Africa prévoit de construire puis d’exploiter une vingtaine de centres commerciaux, comprenant chacun un hypermarché ou un supermarché Carrefour, ainsi qu'un portefeuille de marques hexagonales franchisées par CFAO. Ces projets représentent un investissement total d’environ 500 M€ qui sera financé par ses actionnaires et par recours à de la dette bancaire. SGI Africa est donc un concentré de savoir-faire français, dans la distribution et l’immobilier, dans une région en forte croissance qui a naturellement retenu notre attention.

3) Il s’agit du premier investissement de FFC hors de France. Allez-vous continuer d’encourager les investissements du fonds dans des entreprises en dehors de l’hexagone ?

SGI Africa est une société française qui va investir en dehors de France. Ce n’est donc pas à proprement parler un investissement hors de France pour FFC. Ce projet correspond en revanche tout à fait au type d’opportunités que nous recherchons : une équipe de management, des savoir-faire et une gouvernance en France gages de performance et de sérieux ; mais une exposition géographique large sur une zone en forte croissance.

4)  L’Afrique constitue-t-elle un territoire d’investissement particulièrement attractif pour FFC ?

L’Afrique de l’Ouest est en effet un territoire particulièrement attractif pour nous. Nos entreprises y sont très présentes avec succès,  la région est en forte croissance et les besoins d’investissements y sont très importants. Nous avons donc multiplié ces derniers mois les contacts avec les ETI et les grands groupes qui ont des projets dans cette région.

5) Vos investissements répondent-ils à une logique géographique ou sectorielle particulière ?

Nos choix d’investissements reposent d’abord sur la solidité financière de l’entreprise dans laquelle nous investissons et la crédibilité de ses perspectives de développement.

Ensuite, en tant qu’actionnaire minoritaire nous nous attachons à nous associer avec des partenaires, investisseurs, industriels et dirigeants de grande qualité.

Les projets doivent enfin avoir une forte attache avec la France. Nous n’avons donc pas de critère sectoriel et/ou géographique particulier. Nos deux premiers investissements, Groupe Mériguet dans la rénovation intérieure très haut de gamme et Néovia (anciennement In Vivo Nutrition et Santé animales) dans l’alimentation et la santé animale, sont des entreprises présentes dans le monde entier et qui témoignent du fait que nous cherchons à construire un portefeuille aussi diversifié que possible en termes de secteurs.