Création de 3 zones économiques au Qatar

Création de 3 zones économiques au Qatar

L’État du Qatar a annoncé durant l’été 2016 sa volonté de créer 3 nouvelles zones économiques dans le but d’attirer de nouveaux investisseurs étrangers sur son territoire. Ce projet de loi a d’ores et déjà été approuvé par les autorités qataries et devrait être mis en œuvre dès 2017.

En 2015, les flux d'IDE à destination du Qatar se sont élevés à 1 milliard de dollars selon le FMI, ce qui porte les stocks d’IDE au Qatar à 30 milliards de dollars et représente 14,8 % du PIB qatari. La création de 3 zones économiques au cours de l’année à venir répond à l’objectif d’accroître ces investissements, de les diversifier et d’attirer de nouveaux investisseurs.

Les secteurs qui attiraient le plus d’investissements étrangers en 2015 sont, bien entendu, le pétrole et le gaz, mais aussi le BTP et les services financiers. Les principaux pays investisseurs en 2015 étaient les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud et Singapour, mais l’Etat cherche à attirer de nouveaux investisseurs parmi les pays européens, notamment la France, second pays d’accueil des investissements de la QIA.

En ligne avec le Qatar National Vision 2030 (QNV 2030) et la Stratégie nationale de développement 2011-2016, le gouvernement qatari a donné la priorité au tourisme comme l'un des secteurs clés sur lesquels fonder et diversifier la croissance économique du pays en lui consacrant un budget de développement à hauteur de 45 milliards de dollars. Le Qatar Tourism Authority (QTA) vise à faire du Qatar « un hub d’envergure mondiale, aux racines culturelles profondément ancrées ».

Pour attirer des investisseurs étrangers, le Qatar mise de longue date sur une fiscalité attractive : les impôts sur les sociétés ne s’élèvent qu’à 11,3 % des profits (contre une moyenne de 32,1 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord) et sur une fluidité administrative, qui permet à une entreprise souhaitant s’implanter dans le pays de le faire en 8,5 jours (contre 18 jours en moyenne au Moyen-Orient et en Afrique du Nord).

En savoir plus: Rapport Doing Business 2016 ; Oxford Business Group ; BNP Paribas - Trade solutions : S'implanter au Qatar